clebs

Vacances 2018. Episode 3 : Angers, Saint-Nazaire, Broons, Fécamp.

31 juillet.

L’image contient peut-être : chien

 

Dès 9h je fuis Angers chaud et bruyant pour visiter Guérande, jolie petite cité médiévale, il est 11h30, petit muscadet en apéro et repas sur le pouce.

J'arrive à 14h à l'Ibis : bel endroit avec piscine, super accueil. Comme ma chambre n'est pas prête, je prends un Perrier-Menthe et me fais expliquer la multitude de visites possibles dans le coin.

La chambre prête, je prends possession des lieux : nous y resterons 2 nuits.

Nous partons ensuite nous promener sur la digue de Saint Nazaire très bien aménagée et agréablement ombragée.

Ensuite je décide d'aller à Saint Marc voir la plage où on a tourné les vacances de Monsieur Hulot, j'y déguste une délicieuse glace italienne.

De retour à la voiture, j'ai la mauvaise surprise de constater qu'une Peugeot 205 est collée à ma droite ... par où je rentre dans mon véhicule.

Branle-bas de combat, plusieurs personnes attablées au bar tout proche viennent me prêter main-forte, je démarre un peu énervée après les remerciements d'usage pour me demander après quelques centaines de mètres où pouvait bien se trouver mon sac. Grosse panique, je reviens en catastrophe chez Monsieur Hulot et après de courtes recherches, je retrouve mon sac à mes pieds invisible car noir sur noir et dangereusement près des pédales ... ouf plus de peur que de mal !!!

Après de telles frayeurs, je rentre sagement à l'hôtel où je reste manger.

 

Premier août.

 

A 9h30 je pars pour Le Croisic, petit port pittoresque au centre piétonnier. Je rentre à l'office du tourisme qui me propose l'Océarium, la préposée téléphone pour s'assurer que l'aquarium est accessible aux PMR et accepte les chiens d'assistance. Feu vert : nous partons à pattes et apprécions tous deux le spectacle des poissons, méduses, et autres manchots. Oyat se montre moyennement intéressé. Au retour, alors que je lis une affiche, une Golden vient joyeusement vers mon chien comme s'ils se connaissaient de longues dates, au bout de la laisse un jeune garçon suivi de près par sa maman : la chienne s'appelle Mani et est un ... handichien (le garçon est épileptique). Je donnerais cher pour savoir ce que ces canidés se sont raconté.

Bretagne oblige, je déguste une crêpe avec une bolée de cidre. Après un repos à l'hôtel, je retourne à Saint Nazaire plage pour savourer un délicieux poisson.

Dernière promenade avant de reprendre la voiture et rencontre improbable avec Bruno, un aphasique qui se prend d'amitié pour Oyat et me communique son vécu via une ardoise électronique.

Voilà une belle et surprenante journée qui se termine.

 

2 août.

 

Lever un peu plus tardif et départ pour Pornichet. C'est une belle station balnéaire mais il n'y a rien d'accessible à part la plage (avec mise à l'eau possible) et la promenade est en plein soleil. Je ne m'attarde donc pas et décide de retourner à Guérande. Un violonniste s'est installé près de l'église, je m'attarde bientôt rejointe par d'autres auditeurs et sympathise avec une famille originaire du Mans. Je m'arrête ensuite dans un endroit charmant "Le Goût Thé" pour me régaler d'une tartelette au citron et d'un thé vert des Montagnes, j'ai l'impression d'être chez Miss Marple, même Oyat boit dans de la porcelaine !

Il est temps de partir chez Mike : je suis à temps pour arriver à 18h comme prévu. Je suis effectivement à 18h sonnantes au clocher tout proche de l'Hermittage mais ... je suis à 40 minutes de l'Ermitage : merci le GPS ! 

Arrivés enfin chez Mike, Oyat veut jouer avec les oies qui ne l'entendent pas de cette oreille, résultat : les oies sont barricadées dans leur enclos et Oyat mis en laisse. Je fais plus ample connaissance avec Lydia en vacances à l'Ermitage et après le BBQ, je libère ma bête qui repart à l'aventure, découvre la marre et plouf ! Après d'agréables papotes tardives et arrosées gros dodo.

 

3 août.

 

Déjeuner en famille et départ de Mike au travail. Lydia et moi nous préparons à partir au centre commercial pour quelques courses, il fait déjà tellement chaud qu'Oyat préfère rester seul à la maison. Heureusement, ça nous laisse plus de place pour le sac de courses.

J'attends le retour de Mike pour dîner avec eux puis me prépare à reprendre la route. A 18h, arrivée à Fécamp : c'est un Ibis budget plus que correct.

On me renseigne à l'accueil des restos sur le port, je me trompe de route (ben oui, 3000 km et 60 piges n'arrangent en rien mon sens de l'orientation) et découvre un paysage à couper le souffle : je domine la ville et le port et contemple la mer et les falaises d'Yport.

Je redescends sur le port et ne trouvant pas de parking (en cette fin de semaine, c'est blindé), je me trouve un resto sympa sur une petite place dans le centre.

Festival pour mes papilles : saumon en papillotes, sauce moutarde et miel et linguine précédé d'un pastis, arrosé de vin blanc et suivi d'un café pour ce dernier repas de vacances.

 

4 août.

 

Un monde fou au petit déjeuner me rappelle que nous sommes samedi. Nous embarquons direction Saint Valéry en Caux. La plage, la mer et les falaises sont splendides mais il y a peu de choix pour se restaurer ou boire un  verre. C'est à la terrasse du casino que j'ai siroté mon dernier Perrier-Menthe.

Nous reprenons la voiture pour la dernière étape, un renard traverse calmement la route forestière comme pour nous souhaiter bon retour.

Et ... le festival de Ronquières m'a fait faire un détour de 30 minutes dans la brousse hennuyère : c'est sûr Oyat, nous sommes de retour chez nous ...

 

 



29/08/2018
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 29 autres membres