clebs

Chien célèbre


Les 101 dalmatiens

Pour les retrouver pendant quelques minutes :

 

https://www.youtube.com/watch?v=rVeQYkH_14k


19/02/2015
0 Poster un commentaire

Snoopy

 

Peut-être le plus célèbre des beagles, il est le chien paresseux, philosophe, cultivé et mythomane des Peanuts de Charles Schulz (1896-1963).

Son maître est Charlie Brown, éternel perdant mais souriant quand même.

Ses amis sont le chien Spike et l'oisillon Woodstock.

 

Sa plus célèbre réflexion :

"Hier, j'étais un chien. Aujourd'hui, je suis un chien. Demain, je serai probablement toujours un chien.

Voyez ! Il y a si peu d'espoir d'avancement."


20/01/2015
0 Poster un commentaire

Argos

Argos, le chien d'Ulysse, est le premier chien de la littérature.

Il apparaît dans l'Odyssée d'Homère au huitième siècle avant Jésus-Christ.

Après 20 ans d'errance, Ulysse revient à Ithaque sous les traits d'un mendiant, seul son vieux chien le reconnaît puis meurt de joie et d'émotion.

C'est le premier récit attestant de la fidélité du chien, bien d'autres suivront et à juste titre.


16/12/2014
0 Poster un commentaire

Le chien d'Alexandre le bienheureux

 

Il n'apparaît pas au générique et n'a pas de nom dans le film, c'est "le chien".

Mais quel chien !

Ce chien-acteur est Kaly, un croisé de barbet et d'épagneul qui ressemble à un Jack Russell, fait les courses, pêche avec son maître et joue au foot avec les enfants.

Je trouve que la philosophie d'Alexandre se résume bien dans cette phrase qu'il adresse au chien :

"Bouge pas comme ça, tu me fatigues ... On a le temps ... Faut prendre le temps de prendre son temps. Comprends-tu ?"

 

basset artesien noiret

 

Il paraît que Ogre, le basset artésien de Philippe Noiret était très jaloux de Kaly ! 

 

Je voulais rendre un petit hommage à l'acteur que j'aimais beaucoup et à son alter-ego poilu, voilà qui est fait.

 

 

 


10/12/2014
0 Poster un commentaire

Barry

Barry I (1800 – 1814)

 

Au début du XIX ème siècle naquit le premier Barry (Ce nom signifie « ours »). Pendant une douzaine d’année il porta secours à plus de quarante personnes.

Il avait la faculté de sentir les personnes en danger et partait sans qu’aucun ordre ne lui soit donné. S’il ne pouvait intervenir seul pour dégager la victime, il retournait au couvent et aboyaient pour prévenir les moines.

Lorsqu’il fut âgé et fatigué par tous ses exploits, le prieur de l’Hospice, en 1812, l’envoya à Berne, pour qu’il prenne une retraite bien méritée. Il mourut en 1814. Il fut naturalisé et exposé au musée historique de la ville, en 1815.

Pour lui rendre hommage, les religieux de l’Hospice appelèrent les plus beaux mâles Barry.

 

Barry II

Cent ans après la naissance de son illustre ancêtre, naît Barry II.

Il possédait les mêmes qualités que le légendaire Barry I. Ils sauva de nombreuses personnes, y compris le moine qui l’accompagnait !

Malheureusement, le 20 mai 1905, alors qu’il courait sur le lac gelé, la glace céda. Son cadavre ne fut retrouvé que deux jours plus tard. Plusieurs musées le demandèrent, mais, à cause du séjour prolongé dans l’eau, son corps ne pouvait être naturalisé.

 

Barry III

Tout aussi remarquable et valeureux que ses célèbres prédécesseurs. Il fut également un reproducteur qui engendra une série de magnifiques descendants.

Hélas, il connut lui-aussi une fin tragique. En septembre 1910, alors qu’il accompagnait un moine partit au secours d’un voyageur, il glissa sur une plaque verglacée d’un sentier abrupt et chuta dans le ravin. Son corps fut retrouvé le lendemain. Il fut naturalisé et exposé à l’Hospice.


25/04/2014
0 Poster un commentaire