clebs

Vacances 2018. Episode 1 Arlon, Dijon Thonon.

Le titre fait course cycliste mais c'est en voiture que nous nous sommes déplacés.

 

20 juillet.

 

Nous avons commencé notre périple en passant par Arlon pour faire un coucou à Yoann, Nathalie et leurs schtroumpfs.

Les enfants étaient à un camp nature et proposaient un apéro de clôture : voici un bout d'Oyat devant un bout de la cabane construite par les enfants. Rigolant

 

 

De retour à la maison, suite des festivités autour d'un BBQ.

 

21 juillet.

 

Nuit courte mais hyper confortable dans le divan et après un sympathique petit déjeuner en famille et un plein d'essence bon marché (le dernier avant longtemps), en route vers notre première nuit-étape française à Dijon. A part une bonne heure d'embouteillage et un repas bof-bof pris sur l'autoroute, nous sommes bien arrivés vers 16h à l'Ibis Budget de Dijon : simple mais plus que correct.

 

Nous reprenons la voiture pour se trouver un resto sympa sur une place avec de jolies fontaines et je commande mon premier "pastis-vacances", une énorme salade et une bouteille d'eau qui pète (je conduis quand même et ai charge d'âme !)

 

Gros dodo : la literie des Ibis est une pure merveille, je tiens à le souligner.

 

 

L’image contient peut-être : chien et plein air

 

22 juillet.

 

Lever et petit déjeuner pour partir à 9h30 vers notre première destination : Thonon-les-Bains. Ce sera mon quatrième séjour "studieux" à Thonon : c'est le siège de l'ACCEFE, le super centre de formation qui m'a appris plein de choses sur nos poilus. 

 

Du 23 au 26 juillet.

 

C'est parti pour la formation "Educateur Chien dans la ville, chien dans la vie". Mon entrée en matière fut fracassante : dans la salle de cours que je partageais avec 7 étudiants et autant de chiens, j'ai eu la mauvaise idée d'attacher Oyat qui est toujours à ma gauche à la poignée droite du fauteuil, la laisse faisant une sorte de hum! "ceinture d'insécurité", ce dernier n'écoutant que son flair a voulu vérifier ce qui se passait derrière et ... m'a fait élégamment chuté, mon art du wheeling étant incompatible avec la traction d'un chien !!!

 

Plus de honte que de mal : mes condisciples étaient prévenus y allait avoir du sport ...

 

Thonon est en HAUTE Savoie, ça monte et ça descend et les parcours chaotiques empruntant sentiers et pelouses me permettent d'ajouter sur ma carte de visite une variante du canicross : l'Annie-Cross (merci à Geoffrey pour l'idée).

 

Après les parcs, la ville avec sa circulation, le vacarme des bus, les passages pour piétons, le marché. Jean-Claude (notre bien aimé formateur) nous a tous fait prendre l'ascenseur, ce qui est un jeu d'enfant pour Oyat mais pas forcément pour les autres poilus : épreuve réussie ! Plus difficile - et cette fois une première pour Oyat - l'escalator. Personne ne pensait que je pouvais le faire, mais moi je craignais pour Oyat. J'ai donc confié le chien à Aurélie qui a attendu que je sois arrivée en haut avant de venir me rejoindre tractée par un Oyat pas impressionné du tout !

 

Nos soirées se sont toutes passées sur le port où je me suis payée un délicieux régime poissons miam !

 

Fin du premier épisode.



15/08/2018
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 29 autres membres