clebs

Boris Cyrulnik

Certains trouvent qu'il est indécent de s'émouvoir de la souffrance des animaux quand tant d'enfants souffrent et meurent tous les jours, ce à quoi Boris Cyrulnik répond :

"Je ne comprends pas que l'on doive choisir entre la souffrance des uns et celles des autres, que l'on puisse supporter, créditer, fermer les yeux sur une forme de souffrance parce qu'une autre existe. Les enfants qui souffrent ne souffriront pas moins si l'on torture des animaux "

Source: La plus belle histoire des animaux



08/09/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 29 autres membres